chairman - SPC history

Création en 1947

La Communauté du Pacifique (CPS), appelée dans un premier temps « Commission du Pacifique Sud », fut créée en Australie, en 1947, suite à la signature de la Convention de Canberra par les six « États membres » qui administraient alors des territoires dans la région du Pacifique : l’Australie, la France, la Nouvelle–Zélande, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et les États-Unis d’Amérique.

Les pays fondateurs de l’Organisation souhaitaient ainsi ramener la stabilité dans une région en proie aux affres de la Deuxième Guerre mondiale, faciliter l’administration des territoires sous tutelle et servir les intérêts des populations océaniennes.

Élargissement

Le Samoa fut le premier pays insulaire à devenir un État indépendant, en 1962, et un membre à part entière de la CPS. Par la suite, d’autres nations insulaires ont, à leur tour, acquis leur indépendance ou une large autonomie et, en 1983, lors de la vingt-troisième Conférence du Pacifique Sud qui se tint à Saipan, les vingt-deux États et Territoires insulaires océaniens se virent reconnaître le statut de membre votant, redevable d’une contribution statutaire.

La décision prise lors de la Conférence de Saipan, qui fit suite à une longue période durant laquelle le sentiment d’appartenance des chefs de gouvernement des pays océaniens à l’Organisation n’a cessé de croître, marqua un tournant dans l’histoire de la CPS : c’est à compter de ce moment-là que tous les pays de la région devinrent membres à part entière de l’Organisation et acquirent le même droit de vote, indépendamment de leur statut politique. Cette décision permit également de réaffirmer le caractère apolitique de l’Organisation. En dépit de cette particularité, de nombreux dirigeants océaniens de renom, comme Ratu Sir Kamisese Mara, des Îles Fidji, ont manifesté un vif intérêt pour les affaires de la CPS et ont grandement contribué à son histoire.

Changement de nom

En 1997, à l’occasion du cinquantenaire de l’Organisation, la Commission du Pacifique Sud fut rebaptisée « Communauté du Pacifique », afin de refléter sa composition élargie. Aujourd’hui, en 2010, la CPS compte vingt-six membres, parmi lesquels figurent les vingt-deux États et Territoires insulaires océaniens, ainsi que quatre des pays fondateurs, les Pays-Bas et le Royaume-Uni s’étant retirés en 1962 et en 2004 respectivement, après avoir pris leurs distances de leurs intérêts océaniens.

En novembre 2015, l’appellation juridique de l’organisation, la Communauté du Pacifique, a été adoptée pour l’usage général. L’abréviation “CPS” a été conservée, du fait de l’utilisation dans le Pacifique. Le logo de l’organisation a également été mis à jour pour refléter ce changement.

Dates clés de l’histoire de la CPS

  • 2017 : La CPS célèbrera 70 années au service des États et Territoires insulaires océaniens.
  • 2011 : Les fonctions essentielles de la Commission océanienne de recherches géoscientifiques appliquées (SOPAC) ont été intégrées au sein de la CPS.
  • 2010 : L’Office du Pacifique Sud pour l’évaluation pédagogique (SPBEA), qui été au départ une entité autonome, a fusionné avec la CPS.
  • 2007 : La CPS célèbre son soixantième anniversaire, le 6 février.
  • 2006 : Le premier Festival de la jeunesse du Pacifique, organisé avec le soutien de la CPS et de l’UNESCO, a lieu en Polynésie française.
  • 2004 : Le Royaume-Uni se retire de la Communauté du Pacifique.
  • 1999 : Lourdes Pangelinan, originaire de Guam, est la première femme à être nommée au poste de Directeur général.
  • 1997 : La Conférence qui marque le cinquantenaire de l’Organisation se tient à Canberra ; la Commission du Pacifique Sud est rebaptisée « Communauté du Pacifique ».
  • 1995 : La CPS emménage dans de nouveaux locaux conçus tout spécialement pour abriter son siège, à l’Anse Vata, à Nouméa.
  • 1983 : Lors de la Conférence annuelle qui se déroule à Saipan, tous les États et Territoires de la zone d’action de la CPS sont reconnus comme des membres égaux et à part entière, et la Conférence devient l’organe directeur de la CPS.
  • 1972 : Le premier Festival des arts du Pacifique, organisé sous la houlette de la CPS, a lieu aux Îles Fidji.
  • 1965 : Le Samoa devient un membre à part entière de la CPS et le premier membre insulaire de l’Organisation.
  • 1963 : Les premiers Jeux du Pacifique Sud se déroulent à Suva, la CPS ayant joué un rôle de premier plan dans l’organisation de cette manifestation.
  • 1962 : Les Pays-Bas se retirent d’Irian Jaya et de la CPS.
  • 1962 : Le Samoa, alors appelé « Samoa occidental », accède à l’indépendance et devient le premier pays insulaire du Pacifique indépendant de l’ère moderne.
  • 1951 : La zone d’action de la CPS est élargie, afin d’inclure Guam et le Territoire sous tutelle des Îles du Pacifique (Micronésie).
  • 1950 : La première Conférence du Pacifique Sud se tient à Nouméa.
  • 1949 : Le siège de la CPS est transféré des locaux provisoires de Sydney à Nouméa.
  • 1947 : À la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l’Australie, la France, les Pays-Bas, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni et les États-Unis d’Amérique signent, en Australie, la Convention de Canberra, qui porte création de la Commission du Pacifique Sud.